google plus pinterest LinkedIn

LES EFFETS D'INVINCIBLE

Dans une autre collaboration avec Industrial Light & Magic, Hybride, une division d'Ubisoft, a récemment complété un total de 50 plans d’effets visuels imperceptibles, incluant des simulations de foule à grande échelle et une réplique virtuelle du stade de Berlin pour les Jeux olympiques de 1936, pour le drame épique d’Angelina Jolie, Invincible.

« Travailler avec l’équipe d’Hybride a été une expérience formidable. Ils ont immédiatement compris les subtilités et la sensibilité derrière la signature visuelle du film et ils ont également effectué des recherches approfondies sur les Jeux Olympiques de Berlin afin de s’assurer de l'exactitude historique, » confie Bill George, superviseur des effets visuels pour Invincible. Les infographistes d’Hybride ont également créé et animé des éléments virtuels tels que des drapeaux, une torche, du feu, de la fumée et des oiseaux.

Le public qui assiste aux Jeux olympiques de Berlin en 1936 a été filmé en partie par l’équipe de production et grandement reconstitué par les artistes d’Hybride. « La création des foules virtuelles découle d’une technique complexe que nous avons développé au fil des projets. Puisqu’aucun logiciel existant nous donnait la flexibilité recherchée, nous avons créé un outil qui nous permettrait de combiner toutes sortes de variations, évitant ainsi un effet de « clonage », » explique Philippe Théroux, superviseur des effets visuels chez Hybride.

Compte tenu de la taille du stade et de nombreux mouvements de caméra, la technique utilisée pour générer une foule par ordinateur varie selon le point de vue. « Avec les années, Hybride a développé une gamme d’outils procéduraux  permettant de relever les différents défis qui se présentent lorsque nous créons des animations de foule. Choisir la bonne technique pour chacun des plans permet de non seulement diminuer les coûts de production, mais nous permet également de réduire le délai d’exécution, » poursuit Philippe Théroux.

Du à l’ampleur de l'environnement et des mouvements de camera, il a été impossible pour l’équipe de production de tourner sur fond vert. Les plans de tournages ont du être minutieusement découpés pour ensuite être intégrés sur les arrières plans virtuels. Ainsi, le travail de tracking et de layout a du être effectué avec la plus grande précision afin de s’assurer que l’intégration des éléments virtuels soit parfaitement transparente, et le rendu final devait être fait en respectant le style visuel du film établi par le cinéaste Roger Deakins. « Les artistes d’Hybride m’ont impressionné par leur grande flexibilité et leur souplesse face aux changements demandés par le réalisateur tout au long du processus de création, » affirme Bill George. « Leur capacité d’exécution et leur souci du détail font en sorte qu’il facile de leur faire confiance tout en sachant que le travail qu’ils livreront sera de la plus haute qualité. »

 

Pour en savoir davantage sur le travail de nos artistes sur le film : http://www.artofvfx.com/?p=10826

03.10.15